Ajouter votre enseigne
  • You have no bookmark.

Vos favoris :0 enseigne

Connexion

Quel masque pour se protéger du coronavirus?

Quel masque pour se protéger du coronavirus?


Le covid-19 est transmissible via les gouttelettes libérées dans l’air lorsqu’on éternue, tousse ou parle.

Déconfinement ou non, les autorités et les médecins ( l’Académie nationale de médecine )  veulent imposer aux citoyens de porter un masque lors de leurs sorties (professionnelles ou privées) pour limiter la propagation du virus.

Sur le marché, nous pouvons trouver diverses sortes de masques, quelles sont les efficacités de chacun et quel modèle pour qui.

  • Masque FFP : destiné au personnel soignant, en tissu + non tissé, utilisé jusqu’à 8h consécutives, produit  type EPI ( réglementés par le règlement (UE) N° 2016/425 )
  • Masque chirurgical : niveau inférieur du FFP, d’usage médical, destiné aux patients, en tissu + non tissé, ce sont des DM ( réglementés par la directive 93/42/CEE )
    Ces masques, afin d’être efficaces, doivent être parfaitement adaptés à la forme du visage de celui qui le porte. Ces masques sont classés selon 3 catégories : FFP1, FFP2 et FFP3.Son objectif principal : retenir les gouttelettes ou les sécrétions des voies aériennes supérieures de celui qui le porte. Il est recommandé de le changer toutes les 3h.
    Ils ont une date de péremption, ce qui ne permet pas de les stocker sur la durée.
    Lorsque le masque est porté par le personnel soignant, cela va lui permettre de protéger le champ opératoire, le matériel, son environnement de travail.
    Lorsque le masque est porté par une personne malade, il lui permet de protéger son entourage. Il retiendra les postillons, les gouttelettes…
    Lorsque le masque est porté par une personne non malade, il lui permet de se protéger d’une éventuelle contamination par gouttelette, en empêchant la transmission par contact.       Puisque le nez et la bouche sont recouverts, le transfert main-bouche est bloqué : c’est ce qu’on appelle un geste barrière.
  • Masques facial : pouvant être DM ou EPI, en plastique. Ce dernier n’est pas un dispositif médical !
    Ce sont des masque barrière (ou alternatif) : design proche des “protections à usage médical” mais performances très inférieures, fabriqués en tissu, ce sont des produits d’usage courant, ni EPI, ni DM
    Donc, tout masque « maison » même s’il n’est pas un dispositif médical, ni un masque anti-transmission au sens de la directive européenne va néanmoins limiter la transmission des postillons et améliorer les gestes barrières en diminuant la transmission par contact main-bouche. Un masque en tissu, c’est donc mieux que rien !

Dès le 4 mai 2020, les masques dit grands publics seront bientôt distribués et vendus en pharmacie ou les débits de tabacs, en attendant, il est possible de fabriquer son propre masque en tissu aux normes Afnor.( l’Association française de normalisation )

Ces masques artisanaux sont toutefois moins protecteurs que les FFP2 réservés aux soignants, mais forment néanmoins une barrière face au coronavirus et sont relativement simples à réaliser. https://www.journaldesfemmes.fr/mode/conseils-mode/2629625-patron-masque-afnor-tuto-coronavirus/

Il n’existe même aucune preuve scientifique de leur utilité. Pourtant, certains spécialistes les recommandent… faute de mieux. A vos machines à coudre !

Attention, le masque vient en complément et ne vous dispense pas des gestes barrières.

L’équipe la Tribu de Lille.

Next Post
Le Paludisme